French Carcan


Where’s Bill Grundy Now ? by Yann
24/08/2010, 21:40
Filed under: Le clip du moment | Mots-clefs: , ,

Television Personalities / Where’s Bill Grundy Now ? / 1978

Publicités

13 commentaires so far
Laisser un commentaire

Vous devriez passer « Safe european home » de The Clash:

« I went to the place where every white face is an invitation to robbery
Sitting here in my safe European home
Don’t wanna go back there again »

En gros comment un groupe de petis anglais (Dont un « revolutionnaire » fils de diplomate deguisé en proletaire, qui a fini par mettre ses filles en pension suisse) s’est rendu compte que leur paradis jamaicain prenait les blancs pour des cibles a racketer…Et bien contents de rentrer dans cette salle europe « fasciste », bien moins dangereuse que d’autres pays…

Un de leurs rares moments de lucidité au milieu de leur baratin néo-stalinien incoherent…

C’est de 1978 aussi…

Commentaire par Nestor Makhno

Tiens, Siouxsie Sioux lors de sa première (?) apparition télé !

Ces images confirment à ceux qui en douteraient encore que le punk est un pur produit marketing mis au point par Mc Laren.

Pour la fine bouche : je tiens de ce même Malcom la piste voix de Ian Curtis en studio interprétant Love will tear us apart. C’est une longue histoire…

Commentaire par Pierre Haucaret

Vivienne Westwood avait également des fringues de merde à vendre, d’ou son intérêt pour le mouvement. Le punk création de Mc Laren ? C’est un argument que l’on peut défendre, enfin, il a surtout fabriqué Sid Vicious.

Commentaire par Yann

C’est tout ce qu’ils osent faire pour créer le scandale?

Mais il est vrai qu’à l’époque, le puritanisme bourgeois était encore de mise. Mais bizarrement, j’ai comme le pressentiment que même en arrière fond, on pourrait plus tellement porter à la télé ce brassard assez identifiable. Un puritanisme débile est remplacé par une dictature de la pensée, on a pas forcément gagné au change.

Quoi qu’il en soit, ce Grundy était soit un gros couillou, soit un fou et un ivrogne. Au final, c’est peut-être le plus punk du plateau, car il a fait cette émission en sachant très certainement qu’elle allait lui coûter sa carrière. Son mépris des convenances et des conventions bourgeoises, il l’a payé bien plus cher que cette bande de jeunes cons qui, au contraire, vivaient de ça.

Commentaire par Gotfried

I know where Bill Grundy leaves. In a little wood… ah non pardon, me trompe. un grand merci pour les TV, dont le nom apparait sur une nouvelle rondelle.

Commentaire par la vigue

Mc Laren était l’amant de Westwood :ils ont tous les deux flairés le filon. L’un était producteur, l’autre « fashion designer ».

Certains font remonter les origines du punk aux New York Dolls…

Commentaire par Pierre Haucaret

Gotfried, la presence des Sex Pistols et de leur fan est due a la deprogrammation d’un autre groupe (Peut etre Queen). en Aucun cas Mc Laren n’avait prevu ce qui se passerait avec ce passage télé, mais il l’a exploité en bon marketteur opportuniste.

Mc Laren n’a pas inventé le punk il en a commercialisé une version (Au depends d’autres, notament aux USA)

Commentaire par nestor Makhno

Par « punk » j’entends le mélange de look décadent (et savamment étudié), de batterie binaire, de basse sur-développée, et de textes vaguement politiques. C’est selon moi Mc Laren qui a réuni tous ces ingrédients. Mais le débat reste ouvert.

Commentaire par Pierre Haucaret

Mc Laren avait essayé de politiser les New York Dolls en les habillant en rouge et en tentant de leur donner une image « communiste »…Pas passé du tout aux USA…
En Angleterre il a remplacé le communisme par de l’anarchisme confus et… jackpot.

Cela dit coller le portrait de Marx ou de Mao au meme rang que celui de Hitler a l’epoque ou l’URSS existait encore et ou le gauchisme néo-stalinien tenait le haut du pavé dans le milieu « contre culturel », ca peut avoir un certain charme, bien desuet aujourd’hui…

L’enterrement de mai 68 …

Commentaire par Nestor Makhno

Le Rock pour subvertir la jeunesse, c’était déjà dans les tuyaux de Rockfeller et des conseillers actuels d’Obama (Zbigniew Brzeziński).

Aujourd’hui çà saute aux yeux. Hippies ou rockers bidons et pseudo-subversifs, rien dans le chou, parasitisme de fils de bourges, tous dégénérés et endoctrinés pour servir la société de cons-sommation, le rock étant devenu le style musical le plus utilisé par la pub. Très cohérent puisque ces gens-là vendent de la contestation/ du différentialisme à des zombies comme du boudin: au kilomètre.

Ici encore, on remarquera -littéralement- le clin d’oeil du pouvoir (un oeil). Ce genre de hasard systématique est réservé aux crétins qui croient au hasard.

Commentaire par Sébastien

@Sébastien

En même temps, c’est la bourgeoisie, classe dégénérée et hypocrite qui amis en place cette pudibonderie contre laquelle il fallait bien que les gens normaux viennent un jour se jeter pour la détruire. Le Moyen Age, et même la Renaissance puis la période absolutiste étaient bien plus tolérantes à l’égard des fantaisies sans importance des gens. On supportait les marges comme conséquence naturelle de la norme. Au contraire, l’hypocrisie bourgeoise a voulu soumettre toute la société à ses standards de façade, derrière lesquelles elle se vautrait dans la crapulerie et la décadence morale la plus banalement immonde. On doit aux bourgeois d’avoir perverti la notion de morale, en prenant le peuple en otage.

Le rock n’est que la réaction la plus significative à cet ordre moral bourgeois. Les rockeurs ne prônaient pas la malfaisance et la destruction des vrais valeurs morales, seulement méprisaient les conventions pudibondes et hypocrites infondées qu’on leur imposait. Il faut d’ailleurs noté que c’est surtout aux Etats-Unis et en Angleterre, pays protestants, que le rock a pris le plus d’ampleur, et ce n’est pas un hasard. Quand sait les réactions proprement délirantes qu’il y a eu contre le rock, les accusations d’être un danger pour la jeunesse, on se rend bien compte que cette prétendue « morale » dont les anti-rock se faisaient les défenseurs était une forme d’extrémisme comme on en trouve très habituellement en Islam: pudibonderie hypocrite, paravent d’une réelle crasse intérieure. C’est bien parce qu’on ne s’est pas contenté de hausser les épaules en disant: « Ils sont jeunes, ça leur passera. » que le rock a pris cette importance.

Commentaire par Gotfried

Le rock c’est aussi l’invention du teenager, classe de consommateur ideale…

Ajoutez a ca que c’est une musique qui a illustré la pretendue fin des barrières raciales aux USA.
(Hors elles sont toujours là).

La musique ne decloisonne plus socialement ou meme racialement, c’est devenu une multitude de niches de plus en plus etriquées…

Le rock (Et tout ses avatars de la pop au rap) est desormais a l’agonie parce qu’il ne rapporte plus, tué par le numerique.

Les « teenagers » achètent desormais beaucoup plus du jeu video ou des sonnettes de portables.

Donc rideau, c’est deja le passé, autant pour ceux qui ont cru qu’une « culture » (Ne parlons pas de son role politique, c’est encore plus ridicule) superficielle basée sur une economie crée de toute pièce avait une quelconque chance d’avoir de la perenité…

C’est fini.

Commentaire par Nestor Makhno

La palme de l’hypocrisie revient à l’antienne des Stones « (I can’t get no) Satisfaction ». Quand on réalise que ce « hit » fut le symbole d’une certaine jeunesse « contestataire » il ne faut pas s’étonner de la valeur de leur legs en matière économique et sociale.

Commentaire par Pierre Haucaret




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s