French Carcan


Un noir comme on n’en fait plus by Yann
06/07/2011, 10:00
Filed under: L'Apostrophe du moment | Mots-clefs:

16 mai 1975 – Gaston Monnerville, petit-fils d’esclave, né à Cayenne le 2 janvier 1897, fut Président du Sénat de 1959 à 1968. Si une vacance du pouvoir avait été établie sous Charles de Gaulle, il aurait pu assurer l’intérim de la présidence.

Publicités

26 commentaires so far
Laisser un commentaire

Il présente mieux que Joey Starr, comparons le discours de ce monsieur avec les pleureuses « diversifiées » actuelles et constatons la déchéance, les noirs un ça va, deux bonjour les dégâts, B.Hortefeux.

Commentaire par Audrey

On remarque que dans le débat c’est encore un blanc qui tente de dire que Gaston à souffert de la colonisation, alors que visiblement ce dernier pense tout l’inverse, et ça date de 75 ! 30 ans de tiers-mondisme et de répétition à la télévision ont quand même finit par convaincre les noirs qu’ils ont souffert.

Commentaire par KlausKarlKévin

La bourgeoisie antillaise est fille de l’instruction dispensées par l’école publique et de la volonté de s’assimiler à une civilisation qui était donnée en modèle.

On ne compte plus ici en Martinique les médecins, pharmaciens architectes, professeurs fils ou filles de servantes (comme on dit encore ici) des béké.

Pour ces familles l’école publique était une chance formidable offerte à leurs enfants de s’émanciper de leur milieu social (exemple Césaire né à Ajoupa-Bouillon) et d’accéder à la culture bourgeoise seule capable de leur donner les instruments de leur émancipation.

Les instituteur n’étaient pas encore des Français honteux de l’être mais bien les représentants d’une civilisation qui se donnait en modèle et qui se sentait investie d’une mission : porter les Lumières françaises.

Mais ce qui est vrai en Guyane et aux Antilles était tout aussi vrai en Normandie, dans le Poitoux, en Auvergne : là aussi il y avait des « cultures » populaires dont les boursiers se sont émancipés au profit de la culture bourgeoise.

Et vrai aussi pour les milieux ouvriers, artisans et paysans : il y avait une culture ouvrière et paysanne dont les enfant boursiers se sont émancipés au profit de la culture bourgeoise.

La position gauchiste de « respect » des cultures particulières (terroirs ou classes sociales) revient donc à dire : « la culture bourgeoise c’est pour nous mais restez donc dans celle de vos parents ou celle de vos ancêtre tout aussi digne que la nôtre ».

Seulement les élites dirigeantes et intellectuelles viennent toute de cette culture bourgeoise.

Sans souligner le fait que seule la culture bourgeoise permet la distanciation vis-à-vis d’elle-même, elle seule est capable de faire sa propre critique et elle seule est à l’origine de la la connaissance de celles des autres : Lévi-Strauss et Dumézile sont de purs produits de cette culture.

Si j’étais marxiste je dirais que le discours portant sur l’égalités absolues entre toutes les cultures et la critique de la culture bourgeoise comme destructrices (bien sûr qu’il y a destruction) des autres cultures cache mal la volonté des « élites » de gauche de garder le pouvoir économique, politique et culturel.

Ce sont ces gauchistes hypocrites qui se donnent ainsi bonne conscience.

Commentaire par TODOMODO

Je ne comprends pas ce que vous voulez dire TODOMODO. Finalement que pensez-vous de ce Gaston Monnerville dont je ne savais rien jusqu’ici, et encore moins qu’un noir avait eu un poste aussi important dès 1959 alors qu’on nous bassine sans cesse avec l’intégration etc.

Commentaire par KlausKarlKévin

Que dire? c’est beau, émouvant… se dire que non, on a pas rêvé. Il fut un temps « que les moins de » …pfff 40ans ne peuvent pas connaitre. Oui l’assimilation n’était pas encore un gros mot, on n’avait pas à s’excuser pour un oui pour un non. Jules Ferry n’était pas encore rangé dans les fascistes. Et un Monsieur comme Gaston Monnerville
pouvait encore parler de la colonisation en en retirant tout ce qu’il y avait trouvé de positif dans un beau discours plein de dignité. A noter aussi la différence qu’il fait entre la France et la situation des noirs américains (alors qu’actuellement on mélange tout allègrement sans distinction historique ). Je propose que vous mettiez cette vidéo en commentaire dans toutes les vidéos de rap haineux de ceux qui viennent cracher sur la France en jouant les éternelles victimes…mais à quoi bon? Le discours leur passerait sûrement largement au dessus de la casquette.

Commentaire par René P.

@Klaus : je crois avoir été assez clair dans propos. Monnerville est le produit de l’élitisme républicain basé. Cet élitisme a bénéficié à des générations de Français en Guyane, aux Antilles, tout comme en France métropolitaine.

Par ailleurs Monnerville ne crache pas dans la soupe à la différences des dernières générations qui on pu bénéficier de cet élitisme : comparer son discours avec le discours de Taubira qui suinte la haine de la France et du francais. Entre les deux : mai 68, l’idéologie de la culpabilisations.

Enfin autre différence de poids : Monnerville s’est battu pour la France dans la résistance, ça renforce les liens avec la patrie.

Commentaire par TODOMODO

Merci pour ce document, c’est vraiment une autre époque…

Commentaire par Olivier

Il y a Monerville, et le Bachaga Bouallem qui a été vice-président de l’assemblée nationale.

Commentaire par tol

La très grande classe ce Monsieur Monerville. Et puis la qualité d’écoute de Mme Angela Davis est remarquable, sans rien dire elle dit beaucoup. Le drame du RAP aujourd’hui c’est d’avoir importé le conflit d’une société américaine dans une France qui n’est pas à la base celle des ghettos de Los Angeles ou de Chicago.

Commentaire par ah ah ah

Evidemment, il y a (déjà) le gauchiste de service… avec sa tête de crétin congénital, son cheveu gras, ses a-priori imbéciles, ses stéréotypes « convenus » pour essayer de briller, rien n’y fait, Monsieur Gaston Monerville tient la dragée haute à ces imbéciles que sont cet énergumène et Pivot, pour qui le « nègre » ne peut, à l’évidence, que balayeur (et encore…) ou un infect valet de l’impérialisme blanc.
La réponse de Monsieur Gaston Monerville, tant dans son discours que par ses actes, est toujours la même que nous devrions resservir à nos détracteurs. Nous devrions l’apprendre par coeur !

Commentaire par francois2

Qu’est-ce que j’aime sa façon de parler!

Commentaire par Sébastien

Prenez de la graine espèce de R…..black et beurs d’aujourd’hui ! Où est donc la persécution des noirs ? Où sont les méfaits de la colonisation ? Ce Monsieur Gaston Monerville a tout mon respect ! Vous ne lui arrivez pas au petit doigt de ses orteils ! Vous vous servez d’un combat importé des états Unis qui n’est pas le votre pour tout casser en France, mais attention au retour de manivelle ça va vous péter dans la gueule

Commentaire par ifeelfree

@ TODOMODO : Merci pour la réponse, je suis totalement d’accord avec vous.

Commentaire par KlausKarlKévin

Hello! Repentant klooper for my english jer, buti particular nice re say gJ$)Kd!!!.

Commentaire par ComiaBolorott

Pivot ne cesse de vouloir lui faire dire que les Français sont racistes mais alors pourquoi ce gauchiste directeur de conscience et « bien-pensant » ne peut-il se étacher de son obsession concernant les origines raciales de Monsieur Monnerville (qui semble bien plus Français que lui…)

Commentaire par azer3

M. Monnerville est littéralement impressionnant, par sa capacité à prendre du recul, tant par rapport à la société (« je n’appelle pas ça du racisme, j’appelle ça de l’imbécilité ») que par rapport à l’histoire (l’importance qu’il donne à ce que l’école de Jules Ferry a apporté aux caraÏbes). Il est d’ailleurs intéressant de voir qu’il ne fait pas de relativisme culturel. Ce qui semble d’ailleurs bien aidé par une bonne connaissance de l’histoire. Le tout agrémenté d’une certaine dose d’humour.

Il est fort dommage que nous n’ayons plus d’homme politique de cette envergure.

D’ailleurs quelque chose qui semble transparaitre de son discours, c’est qu’à son époque, le début du 20ème siècle, le racisme était bien moins présent dans les consciences. Il n’était pas ce buisness institutionnalisé qu’il est actuellement ou on voit du racisme à tout bout de champs (enfin du racisme des blancs contre les autres).

Commentaire par Benjamin H.

Ce document doit être offert au grand nombre.Gaston monerville est brillant sur ce sujet qui empoisoinne la vie des gens de l’espace français. Malgré l’ éloquence de Gaston sur les periodes où l’histoire métissée de la france n’était qu’embrillonnaire , on ne peut pas se contenter de son discourd sans se poser d’autres questions pour continuer l’oeuvre historique .

Commentaire par william

Point de détail qui me frappe: ce mec comme tous les antillais est estampillé « noir » alors qu’à l’instar de Joey il est presque aussi pâle que ses interlocuteurs caucasoïdes. Quel est ce prodige ?

Commentaire par Anonyme

ToDOMODO, je suis d’accord avec toi sauf pour la terminologie.
Sa réussite n’a rien de Républicaine, mot creux et vide de sens. Elle est tout simplement la conséquence de l’Histoire de France.

Je considère la République comme le début de la chute de notre pays. Tout ce qui s’est fait de bien depuis deux Siècles n’est fondamentalement pas du à la nature républicaine de notre société, ou très peu. Par contre, toute notre pensée moderne, si (à 90%, mais certes aussi à cause de notre passé plus lointain). Les deux cercles se superposent en partie.

Commentaire par Sébastien

Ce Gaston Monnerville me donne les larmes aux yeux. La France aurait du créer des Gaston Monnerville par milliers. Quel gachis.

Commentaire par Général Baule

Monnerville, fondateur de la LICRA. Quel modèle en effet, il est le père des Lozès and Co.

Commentaire par Ordos

Ordos, la LICRA a été fondée en 1927, à une époque où le racisme et l’antisémitisme étaient bien présents, contrairement à maintenant.

Cette vidéo mérite d’être diffusée largement.

Commentaire par atog meister

Et quand il participait au prix de la LICRA dans les années 80 dont Stasi fut le gagnant avec « L’immigration, une chance pour la France » ?

La droite bourgeoise est décidément la plus frénétique à se faire entuber. On en a ici la énième confirmation.

Commentaire par Ordos

@ tol :

D’après un article sur Internet, le Bachaga Bouallem a regretté à la fin de sa vie avoir combattu pour la France, sûrement à cause du traitement des Harkis par la France.

Commentaire par daredevil

Monerville noir… si on me le dit pas, je ne m’en rends pas compte !
peau claire… cheveu lisse, c’est peut-e^tre un quarteron comme Dumas. ce qui en ferait un 3 quarts blanc!

Commentaire par xavier

TODOMODO, il n’est pas honteux d’être issu d’un milieu populaire et de porter fièrement les traditions de nos ancêtres et de les faire perdurer. Les traditions propres à la France comme les traditions régionales.

Et je n’ai pas encore écouter ce monsieur, mais il m’est personnellement très difficile, voire inconcevable, de considérer qu’un Noir (donc un Africain ou une Antillais descendant d’Africains) puissent être Français à part entière.

Ou alors, j’adhère totalement à cette « certaine idée de la France » qu’avait le général :

« C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France.
Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture [celte, avant tout], grecque et latine et de religion chrétienne. »

Commentaire par fdesouche68




Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s